presse >Divers

La  Huchette en travaux liberté !

Balade littéraire autour du théâtre de la Huchette

conçue et mise en rue par Jacques Mougenot

 

A l’occasion de la fermeture pour travaux du théâtre de la Huchette en septembre 2017, la direction du théâtre a demandé à Jacques Mougenot, auteur dramatique mais également connaisseur et défenseur des grands auteurs français, de concevoir un spectacle « hors-les-murs », une sorte de visite commentée par un guide-comédien au voisinage du théâtre, qui permettrait de raconter devant quelques lieux emblématiques du quartier en lien avec le théâtre de la Huchette l’histoire (connue ou moins connue) de ce théâtre fameux (qui fêtera ses 70 ans en 2018) à travers des textes d’auteurs du répertoire.

Le guide (le comédien Alain Payen) nous mène devant 5 lieux emblématiques du quartier devant lesquels il dit des textes d'auteurs évoquant la petite histoire du théâtre de la Huchette.
Sation n°1 La librairie Shakespeare and Company : un texte de Ionesco.
Station n°2 Le café "Le Saint-Séverin" : un texte de Céline
Station n°3 Le Musée de Cluny : un échange de lettres entre Alain Decaux et Sacha Guitry
Station n°4 La fontaine Saint-Michel : un conte de La Fontaine
Sation n°5 Le 3 rue de la Harpe : texte de conclusion de Jacques Mougenot

Voir les critiques
Le texte de la balade littéraire (5 €) est disponible au théâtre (23 rue de la Huchette) ou sur demande


 

Profession : poète

Récital Edmond Rostand (1868-1918)

composé et interprété par Jacques Mougenot

violon : Marianne Devos

musique de scène : Thierry Boulanger

mise en lumière : Denis Koransky
conseiller artistique : Hervé Devolder

Le spectacle d’une durée de 1h15 est un récital (les textes sont dits par le comédien et non lus)

Note d’intention : Edmond Rostand, le glorieux auteur de Cyrano de Bergerac a aussi écrit une œuvre poétique importante mais hélas moins connue, et pour cause, ses 3 recueils de vers : Les Musardises, Le Cantique de l'Aile, Le vol de la Marseillaise, n'avaient pas été réédités depuis les années 20 ! Cette année de commémoration est l'occasion de voir ces trois ouvrages enfin réunis en un seul volume, édité par TriArtis avec le soutien des Célébrations Nationales. Jacques Mougenot en a extrait les plus beaux morceaux pour composer son récital " Profession : Poète ! " Il nous fera entendre, découvrir parfois, et aimer sûrement, ces chefs-d'œuvre poétiques dont l'esprit, la grâce, l'humour, la profondeur, la verve, la portée humaine et philosophique, voire la théâtralité nous prouveront que chez Rostand, le poète et l’homme de théâtre ne font qu’un.

Commentaire d'une spectatrice : "...je tiens à vous dire combien, par votre talent, vous avez sublimé la merveilleuse poésie de Rostand dont les mots sont d'une richesse exceptionnelle. Tout au long de votre récital, j'ai « vécu » cette poésie, j'en ai savouré la beauté, l'humour, l'émotion et tant d'autres choses qu'il m'est difficile de mettre en... mots ! Bien souvent, en vous écoutant, j'ai cru être devant un tableau, notamment de Corot ou de nos magnifiques impressionnistes. Merci Monsieur pour ce moment de partage poétique."

Programme :

Au ciel (in Les Musardises)

Le mendiant fleuri (in Les Musardises)

Le divan (in Les Musardises)

Le bal des atomes (in Les Musardises)

Où l’on perd Pif luisant (in Les Musardises)

La forêt (in Les Musardises)

Matin (in Les Musardises)

La vitre (in Le vol de la Marseillaise)

Le barrage (in Le vol de la Marseillaise)

Les rois mages (in Le cantique de l’aile)

La brouette (in Les Musardises)

L’hymne au soleil (in Chantecler)

Les mots (in Le cantique de l’aile)

 


Monographie du peintre Maurice Mazo (1901-1989)


Ouvrage collectif édité par Somogy à l’occasion de l’exposition « Maurice Mazo » présentée :
- au musée Sainte-Croix, Poitiers (mai-septembre 2005)
- au musée du Donjon, Niort (novembre 2005 janvier 2006)
- au musée départemental de l’Oise, Beauvais (mars-avril 2006)
- au musée des Années 30, Boulogne-Billancourt (juin-août 2006)

Sommaire
- Préface : « À contre-courant »  de Philippe Bata, Emmanuel Bréon, Josette Galiègue, Christian Gendron, Michèle Lefrançois
- Biographie : « Un pratiquant de l'art » de Jacques Mougenot
- « À l'ombre des grands arbres » de Emmanuel Bréon
- « Maurice Mazo et les maîtres » de Jean-Marc Irollo, historien de l'art
- « Bacchanales » de Michèle Lefrançois
- « Natures mortes et vanités » de Christian Gendron
- « Les plaisirs et les jours. La tentation de la peinture de genre » de Philippe Bata
- « Le monde des dessins » de Josette Galiègue


Commander
Accéder au site de Maurice Mazo

 


Monographie - Ouvrage collectif (André Comte-Sponville, Jacques Mougenot et Gilles Perrault)

Éditions Somogy - 97 pages - 100 reproductions en couleurs
Format : 27 x 29 cm


Outre une centaine de reproductions de ses paysages, figures et natures mortes, l'ouvrage contient 4 textes traitant chacun un aspect de l'oeuvre de Marie Laurence Gaudrat.

Sommaire des textes :
"A propos d'autoportrait" par Marie Laurence Gaudrat
"Les gens" par Gilles Perrault
"L'air du paysage" par Jacques Mougenot
"L'art du bonheur" par André Comte-Sponville

Extrait du texte d' André Comte-Sponville
Le sujet n'est pas ce qui importe. Ces belles endormies, ce n'est pas parce qu'elles dorment qu'elles nous apaisent. C'est parce qu'elles sont belles; c'est parce qu'elles sont vraies. Les paysages et les groupes, reproduits dans […] ce livre, peuvent nous donner le même sentiment, celui d'un plaisir en repos, comme dirait Épicure, celui d'une détente heureuse, ou presque heureuse, celui d'un grand calme, dont on sait bien qu'il ne va pas de soi, d'un grand silence, d'une grande simplicité, malgré la complexité de l'art et du réel, malgré la difficulté de vivre et de peindre… Cela fait comme un sourire, sur la misère des hommes. Comme une paix, dans le tumulte. Comme une lumière, sur la beauté du monde."

Extrait du texte de Jacques Mougenot
L'air, c'est d'abord le plein air, le grand air, le bon air, celui des petits oiseaux, de l'espace, du ciel. Il est à profusion dans les toiles de Marie Laurence Gaudrat. On ne songe pas toujours à le remarquer parce que d'autres impressions priment, mais c'est précisément cette présence discrète qui en est la condition. Il est bon de le souligner, car la transparence impondérable de l'air et l'habitude que nous avons de le respirer sans en faire cas pourraient laisser croire à l'artiste qu'il est inutile de le peindre. [...] Regardez Le pré en Aubrac, L'été à Saint-Basile, La ferme auvergnate, l'air n'y est pas ce vide invisible, cette absence de matière, cette transparence plus ou moins pure mais sans épaisseur, cet élément négligeable et comme ignoré de la composition; il est au contraire palpable, dense, il fait partie du paysage comme ces collines, ces arbres, ces vallons, ces bâtisses, et ce ciel dont il est un commencement. Ainsi, entre notre œil et la ligne d'horizon, il y a plus que l'espace dont la perspective suffit à donner l'illusion, plus que la profondeur où la lumière s'abîme, plus que la beauté splendide de la nature, il y a cette masse d'air translucide, élastique et compacte dont le tableau est plein. On pourrait, semble-t-il, y mordre comme en un fruit. Au sens électrique du terme, cet air-là est conducteur : il met notre regard en contact avec chaque plan du tableau jusqu'au plus lointain, d'où cette impression de plus complète possession. Est-ce à cause de cela que certains paysages nous invitent, par mimétisme, à respirer plus largement, plus profondément ? à éprouver, par un phénomène de correspondances baudelairiennes, des sensations autres que visuelles ? Car, et c'est le tour de force de l'artiste comme la marque de sa sensibilité attentive et déliée, cet air-là a une température : il est frais, froid, torride, tiède ; il a une qualité tactile : il est humide, vaporeux, sec, piquant, doux, poussiéreux, cristallin ; il a un pouvoir : stimulant, apaisant, revigorant, enivrant. Et c'est lui sans doute qui confère à cette peinture sa première vertu, la plus utile, la plus féconde, la plus solaire : la santé.
 

Extrait du texte de Gilles Perrault
Ce que proclame la peinture de Marie Laurence Gaudrat, c'est le triomphe de la vie sur les forces malveillantes qui, de siècle en siècle, mutilent et nient l'humanité. Elle le fait sans tapage, de manière presque insidieuse et d'autant plus envoûtante. Elle sait saisir ces moments de sérénité, de paix et de douceur que nous connaissons même dans les pires tumultes. Elle montre l'opiniâtre désir d'aimer et d'être aimé qui est en chacun de nous. Elle nous murmure que la vie pourrait être ainsi si nous le voulions bien.


Prix : 27,50€
Commander le livre
Accéder au site de Marie Laurence Gaudrat


Correspondance Maurice Mazo / Jeremy Cooper.
Préface de Jacques Mougenot - 140 pages

Lire la préface de Jacques Mougenot (format pdf)


De 1971 à 1989, un grand peintre français encore trop peu connu, Maurice Mazo, et un jeune et brillant juriste anglais, Jeremy Cooper, ont échangé des lettres dont la lecture réserve une énorme surprise. Malgré un demi-siècle de différence d'âge, il s'est établi entre les deux hommes une relation que Jacques Mougenot, dans sa préface, qualifie d'initiatique, leur correspondance évoquant irrésistiblement les Lettres à un jeune poète de Rilke. Il est évidemment beaucoup question de peinture, dans ces échanges à la fois passionnés et extrêmement rigoureux, mais aussi de tout ce qui touche le plus profondément à la vie de l'esprit et à la vie tout court. Ce faux roman par lettres vraies introduit le lecteur aux arcanes les plus subtils et les plus mystérieux de la création, et ouvre des perspectives lumineuses sur le sens même de l'existence « Celui-là est élu qui est inquiet de ce qui vit dans ses ténèbres », écrit ainsi Maurice Mazo à Jeremy Cooper.
Peintre indépendant de toute obédience scolastique, Maurice Mazo (1901-1989) a laissé une œuvre d'une ampleur et d'une originalité impressionnantes, animée par un puissant tempérament baroque et disciplinée par un souci obsessionnel de la perfection formelle. Ses peintures et ses dessins sont représentés dans de nombreuses collections publiques et privées.
Né en 1950, Jeremy Cooper est professeur de Droit à l'Université de Middlesex, à Londres. Juriste et historien, il est l'auteur de neuf ouvrages spécialisés. Jeremy Cooper a rencontré Maurice Mazo en 1970, alors qu'il étudiait en France, à l'Université de Vincennes.

 


Commander le livre
Accéder au site de Maurice Mazo


"Vers divers dits" est un récital où Jacques Mougenot dit ses propres textes en vers : fables et récits humoristiques. Durée 1h.

« Vers divers dits », car les fables de Jacques Mougenot sont faites pour être dites – et entendues – plutôt que lues. « Dites » c'est-à-dire « racontées» car qui dit « dits » en parlant de vers, dit trop souvent « diction affectée, ampoulée, récitation » et qui dit « vers » dit trop souvent « poésie obscure, hermétique et confidentielle », disons-le tout de suite : ce n’est pas le genre de la maison…

Car ces vers-là ont le travers,
Réservé plutôt à la prose,
De vouloir dire quelque chose
Et de le dire en termes clairs !

Vers parlés donc, sans emphase ni tralala, ce qui ne les empêche pas parfois d’être lyriques (vers dits obligent !)

Voilà pour la forme.

Et pour le fond, Jacques Mougenot, avec sa malice et son humour accoutumés, porte un regard amusé sur la Fable, que ce soit la fable mythologique (Scandale sur l’Olympe), biblique (Noé), voire mathématique ! (Le chou, la chèvre et le loup), mais également sur les fables, celles de La Fontaine, auxquelles on découvrira ici des suites inattendues, savoureuses et cocasses. (Perrette bis, La tortue et le lièvre, Les enfants du laboureurs, Les deux ennemis, Le limaçon, La table et le panier, La fourmi et la cigale, etc.)

C'est à La Fontaine d'ailleurs que Jacques Mougenot rend hommage en faisant son éloge dans "La cigale et le renard".


Programme du récital :

1. Perrette bis
2. La fourmi et la cigale
3. La tortue et le lièvre
4. La tortue d’Eschyle
5. Les deux amis ?
6. La table et le panier
7. Le limaçon
8. L’ours et la carpe
9. Le chien et le loup
10. Les enfants du laboureur
11. Le chou, la chèvre et le loup
12. Noé
(13. Scandale sur l’Olympe)
(14. La cigale et le renard.)
(15. Confraternité)

Texte en cours d'édition.


Éditions INA / Aubier 1988 (Epuisé)
Ecrit en collaboration avec Michel et Jacques Royer
Préface de Pierre Tchernia


Ce livre de souvenirs fut écrit en 1985 par trois jeunes auteurs de la même génération : celle qui est née en même temps que la Télévision. Michel Royer, Jacques Royer et moi-même avons grosso modo l’âge de la télévision. Arrivés à 30 ans, nous avons éprouvé, comme elle, le besoin d’évoquer son enfance qui fut aussi la nôtre. Ce sentiment était sans doute dans l’air du temps puisqu’à partir de 1986, les programmes de télévision ont fait, et de plus en plus, la part belle aux rediffusions de « vieilles séries » (devenues « culte » pour certaines), aux émissions nostalgiques sur les débuts balbutiants de ce média devenu adulte ; De nombreuses images sorties alors des archives nous ont permis de comparer nos souvenirs de « télé » aux originaux, et de constater combien, et peut-être comment, nous avions grandi…

Ce livre a heureusement été écrit avant ces expériences parfois déroutantes, rien n’était venu encore entamer nos « lumineux souvenirs d’enfance », c’est ce qui fait la force de ces évocations, elles sont imprécises, subjectives, parfois menteuses et pourtant toujours justes ! Nous qui avions remplacé la culture livresque par une culture audiovisuelle (nous nous sommes rattrapés depuis), nous avons rendu à l’écrit sa primauté sur l’image puisque, paradoxalement et volontairement, dans ce livre qui ne parle que des « images », il n’y en a aucune.

 


Roman - 329 pages Editions Edite


« Le temps, c’est ce qui passe quand il ne se passe rien » nous dit le physicien Etienne Klein. « Qu'est-ce que le temps ? Si personne ne me le demande, je le sais. Mais si on me le demande et que je veuille l'expliquer, je ne le sais plus » avouait saint Augustin. C’est pour répondre à cette éternelle et obsédante question que le héros de ce polar métaphysique invente la machine à démonter le temps. Une machine littéraire plus que mécanique, spirituelle plus que matérielle. Et pourtant l’Elysée s’en inquiète et fait de la conquête du temps une affaire d’Etat. C’est le point de départ d’une étonnante et périlleuse course au trésor, où la fable et le mythe alternent avec l’intrigue politique et policière. Mais le temps que l’on traque ici est le temps « de tous les jours », le temps humain, vécu. Rien à voir avec le temps mensonger des horloges, ni celui plus chimérique encore dans lequel la science-fiction prétend nous faire voyager.
Antithèse de La machine à explorer le temps de H.G. Wells, La machine à démonter le temps est un jeu de l’esprit, une mécanique de l’imagination ; Elle fera néanmoins voyager le lecteur à travers les siècles et l’espace, des cimes de l’Olympes aux Archives Secrètes du Vatican, des espaces interstellaires aux cavernes de la préhistoire, de Venise à Cana, et du Louvre à l’Elysée.

L’auteur, dont c’est là le premier roman, prête à ses personnages la verve, l’humour et la dimension épique et charnelle qu’il tient de sa pratique du théâtre, pour répondre à sa manière à la mythique question du temps et conclure peut-être avec Bergson « le temps est invention ou il n’est rien du tout ».